Analyse de la pratique d’orientation « balint »

En parallèle d’accompagnements individuels à l’analyse de la pratique professionnelle de médecins, et autres professionnels de santé et du social, un besoin d’analyse de la pratique en groupe est apparu, en particulier autour des cas de patients qui bousculent, agressent, sidèrent, sont intrusifs, ou simplement posent question.

Un groupe fonctionne selon les principes proposés par le DocteurBalint écoute, échange autour des pratiques, non jugement.

A chaque séance, une à deux personnes qui le souhaitent, présentent chacune à leur tour un cas, de préférence sans avoir préparé de notes, de sorte que le vécu s’exprime, plutôt que l’analyse. L’ensemble des participants émet des échos, des associations d’idées, dans une perspective de stricte bienveillance et enrichissement mutuel, sans jugement ni conseil.L’animatrice, moi en l’occurence, est garante de ce cadre et du respect des personnes. Je propose le cas échéant des pistes de réflexion ou de synthèse, ou encore des informations ciblées.L’intérêt d’un tel travail en groupe repose sur le fait de pouvoir présenter des cas qui font difficulté, et de recevoir des éclairages et points de vue différents qui, par eux-mêmes, changent le regard porté sur les patients. Cela entraine un changement dans la relation et par suite un changement chez les patients.En particulier, la bienveillance (qui ne signifie pas indulgence) envers les patients, et en premier lieu vis-à-vis de nous-mêmes, peut s’en trouver raffermie. De la sorte, les émotions désagréables et handicapantes telles que l’agacement, la culpabilité ou le sentiment d’impuissance, perdent de leur emprise sur nous.L’autre intérêt réside dans le fait de travailler à travers les autres. En effet leurs présentations, leurs difficultés et leurs réussites peuvent nous éclairer sur les nôtres. Et le recul que nous avons vis-à-vis des autres en groupe peut nous permettre d’en prendre vis-à-vis de nos propres difficultés.De plus, il arrive qu’un cas nous gêne au point que nous ne puissions pas en parler, ou que nous ne soyons pas conscients de cette gêne. La présentation d’un collègue peut nous éclairer par rapport à ce type de cas.Enfin, un regroupement et des échanges réguliers peuvent nous procurer une ouverture, un soutien, ou simplement un plaisir, en lien avec notre activité professionnelle.L’expérience a montré la richesse de la mixité du groupe au niveau des professions : professionnels de la santé, tels que des orthophonistes, psychomotriciens, graphothérapeutes, ergothérapeutes, sages femmes, kinésithérapeutes, ostéopathes, et des médecins. 
Pour autant un autre mode de fonctionnement est envisageable.