Confusion titres/compétences

Depuis 2004, en réponse à la pression des psychothérapeutes, qu’ils soient médecins, psychologues, psychanalystes ou rien de tout cela ; compte tenu de l’ampleur de la demande en psychothérapie et de l’ampleur de l’offre de psychothérapies de toutes sortes ; face à la nécessité d’encadrer la profession en lien avec la prolifération des peurs de dérives sectaires ou de thérapeutes autoproclamés, le législateur tente d’encadrer la profession de psychothérapeute. Mais, la complexité des statuts, formations, lobbies, et frilosités propres à chaque type de psychothérapeute, ne lui rend pas la tache facile. 
exemple : les craintes chez les psychanalystes 
ou analyse par une chercheuse du CNRS et craintes des psychologues
L’article de loi prévu pour encadrer les psychothérapeutes, passé un peu à la sauvette dans l’été 2004 n’a pas été suivi de décret d’application, faute d’avoir pu rassembler dans un texte la diveristé de la profession. Cette loi a d’ailleurs été jugée irrecevable par le Conseil Constitutionnel car elle prévoyait à la fois des critères d’accès à la profession de psychothérapeute et à la fois des titulaires de droit, les médecins et les psychologues, ce qui est contradictoire. 
Le nouvel article de loi voulant encadrer les psychothérapeutes, passé lui aussi un peu à la sauvette en 2009, n’a donné lieu à un décret d’application qu’un juin 2010. A ce jour des commissions départementales travaillent dans les Agences Régionales de Santé pour  agréer à la fois les organismes de formation et les psychothérapeutes en exercice depuis plus de cinq ans qui répondent aux critères très sévères de la  loi. En effet, selon un éminent professeur émérite à la faculté de médecine de Lyon, rares sont même les psychiatres dont la formation en psychopathologie atteint les 400 heures de formation en psychopathologie exigées par la loi
En ce qui concerne la Région Rhone Alpes, la commission est au travail depuis le début de l’année 2011, les dépots de dossiers sont clos depuis l’été 2011. Il semble que cette commission considère que les psychologues sont de fait aptes à exercer le métier de psychothérapeute et que par conte les psychothérapeutes reconnus par leurs fédérations et syndicats, par les profesions de santé de proximité, même depuis des années, ne soient pas aptes à exercer leur profession avec le titre de psychothérapeute puisque les autorisations d’usage du titre de psychothérapeute sont extrêmment rares. La liste des psychothérapeutes agréés par l’Etat n’est pas encore disponible. Et les psychothérapeutes proposés dans les pages jaunes, même s’ils ont été largement triés par ce support, ne sont pas tous autorisés à faire usage du titre de psychothérapeute